info printer
Nous sommes tous les deux séropos
4/11/2011

Pour beaucoup de personnes, être en couple ou avoir des rapports sexuels avec un autre séropositif est un choix permettant de ne pas être confronté au regard de l’autre, à l’incompréhension du vécu de la maladie, à la peur de la contamination.

Pour d’autres, ça s’est fait comme ça, tout simplement.

Être tous les deux séropositifs ne veut pas dire que les préoccupations par rapport à la maladie sont les mêmes chez les deux partenaires. Deux personnes peuvent vivre très différemment le fait d’être séropositif.

Puisque le risque de contamination du partenaire n’existe pas dans ce contexte, certain-e-s séropos recherchent une relation séroconcordante afin de réduire l’angoisse de contaminer leur-s partenaire-s ou d’avoir des relations non protégées.

Le risque de surcontamination ne peut pas être exclu, même s’il est modulé par la nature des souches virales en cause chez les deux partenaires, leurs traitements (ou absence de traitement) respectifs, le niveau de la charge virale.

Le risque majeur des relations non protégées entre séropositifs concerne la transmission des IST et des hépatites B et C, notamment lors de relations avec des partenaires occasionnel-le-s. La décision d’avoir des rapports non protégés au sein d’un couple engage chacun-e à être vigilant-e lors d’éventuelles relations sexuelles hors couple.

Partager cet article Partager sur facebook