info printer
Est-ce que ça va se voir ?
14/01/2008

Non, car cette maladie ne se voit pas à l’œil nu.

Deux idées reçues circulent souvent sur l’apparence d’une personne séropositive : l’amaigrissement et les boutons. Qu’en est il exactement ?

Est-ce qu’on maigrit ?

On entend souvent dire que le sida fait maigrir, et, en conséquence, qu’une personne maigre ou qui maigrit est une personne qui a le sida. Du coup, les personnes vivant avec le VIH ont les yeux fixés à leur balance, guettant le moindre kilo perdu, quand ils ne prennent pas volontairement du poids pour se garantir contre un amaigrissement ultérieur, quitte à mettre leur santé en danger.

Il est vrai que les personnes atteintes du sida-maladie à un stade avancé ont tendance à maigrir, mais ceci existe dans toute maladie grave à un stade avancé (cancer, maladies cardiaques, paralysies …). Tous les grands malades perdent du poids car la maladie avancée consomme leur énergie de réserve. Le sida n’est qu’une de ces maladies.

De toutes les façons la perte de poids, si elle est fréquente, reste modérée. Elle est due à la dépense d’énergie supplémentaire rendue nécessaire par le renouvellement par l’organisme des CD4 manquants.

Toutefois, si la perte de poids est supérieure à 5kg (ou 10% du poids du corps), il s’agit d’une perte de poids inquiétante qui justifie l’avis d’un médecin.

Est-ce qu’on a des boutons ?

Autre idée reçue, le sida se verrait à cause de boutons multiples.

Il existe effectivement une expression dermatologique du sida, qui est éventuellement repérable par un médecin spécialisé. Mais nous connaissons malheureusement tous des histoires où des personnes auraient été mises à l’écart, suspectées d’avoir le sida, alors qu’elles n’avaient que des maladies de peau banales (eczéma, acné…) sans rapport avec le VIH.

Partager cet article Partager sur facebook