info printer
J’ai plus d’appétit
13/02/2008

Comme pour tous les problèmes qui peuvent survenir, la perte d’appétit est parfois grave, parfois sans conséquences.

Deux éléments sont à prendre en compte : les CD4 (s’ils sont bas, c’est qu’il y a peut-être une infection opportuniste derrière, comme une candidose oesophagienne), et le poids. Si on maigrit, c’est que la perte d’appétit a un retentissement sur l’organisme. Si on a perdu 5 % du poids, c’est embêtant, si on a perdu 10 % de son poids, c’est peut-être grave (mais on perd 5 % avant de perdre 10 %...). Dans ces deux cas, pas d’hésitation : on prend contact immédiatement avec son médecin.

Comme d’habitude, il faudra aider le médecin à faire le diagnostic en lui apportant quelques éléments.

A commencer par la température, avec l’aide du thermomètre. Puis les autres signes. Digestifs (diarrhées ? nausées ? jaunisse ? douleurs en mangeant ? maux de ventre ?), cutanés (des boutons ? des plaques ? des démangeaisons ?), généraux (douleurs ? fatigue ? troubles du sommeil ? pâleur ?), psychiques (tristesse ? dégoût ? désintérêt ?), respiratoires (toux ? essoufflement ?).

Y a-t-il des coinfections ? (Les hépatites, ça peut aussi perturber l’appétit).

Prenez-vous des antirétroviraux ? Lesquels ? Depuis combien de temps (ce n’est pas la même chose quand on a commencé la traitement il y a 5 jours ou 5 ans.) ? Prenez-vous d ‘autres médicaments ?

La perte d’appétit peut être le révélateur d’une maladie bénigne ou sévère, d’un effet secondaire d’un médicament, d’une dépression naissante, mais aussi d’une maladie associée (comme les hépatites). C’est donc un signe important qu’il faut prendre au sérieux. Surtout lorsqu’il n’est pas isolé et qu’il s’associe à une perte de poids.

Partager cet article Partager sur facebook