info printer
J’ai des boutons
13/02/2008

Les boutons posent plein de problèmes. Ca se voit. Souvent ça gratte. Et, depuis l’apparition de la maladie de Kaposi, les boutons sont suspects quand on est séropositif.

Comme pour tous les autres signes, les boutons peuvent être dus à une infinité de causes, dont beaucoup n’ont rien à voir avec le VIH. Quelques circonstances sont à prendre particulièrement en compte, c’est-à-dire qu’il faut consulter immédiatement :

- Des boutons partout, qui grattent (ou pas) alors qu’on vient de commencer (ou de reprendre) une médicament anti-VIH (surtout quand c’est de la VIRAMUNE ®, du SUSTIVA ® ou du ZIAGEN ®), ou du BACTRIM ®, ça peut être grave. Certaines allergies à des médicaments doivent entraîner l’arrêt immédiat du traitement, mais c’est au médecin d’imputer l’éruption au traitement. Sinon on risque d’arrêter un bon traitement pour de mauvaises raisons. C’est un peu la même chose quand une éruption suit l’introduction de n’importe quel médicament
- Toute éruption quand on a moins de 200 CD4 (ou des CD4 en dessous de 15 %) suppose une consultation médicale rapide
- Toute éruption qui s’accompagne d’autres signes (amaigrissement, fièvre, jaunisse, toux, signes digestifs, etc.), également

Les éruptions peuvent être liées à des maladies liées au VIH. Certaines ne sont pas spécifiques (résurgence d’herpès, zona, mycoses de la peau ou des muqueuses, molluscum contagiosum…), d’autres sont spécifiques (la maladie de Kaposi qui, disons-le, est quand même devenue assez rare).

D’autres éruptions peuvent être liées à des IST (infections sexuellement transmissibles), en particulier à la syphilis (pas la peine d’essayer de les reconnaître, les éruptions syphilitiques peuvent ressembler à n’importe quoi, et seuls les médecins expérimentés y retrouvent leur latin), les hépatites virales ou les condylomes (il s’agit plutôt de verrues sur les zones sexuelles et autour d’elles).

Tout cela se soigne, et souvent bien. Les éruptions sont à considérer avec sérieux (en contrôlant la température par la même occasion), car elles peuvent révéler une altération du système immunitaire. En ce qui concerne les IST, elles doivent être traitées le plus rapidement possible, afin d’éviter les complications nombreuses (et des les répandre partout…).

Enfin, rien de plus fugace, parfois, que des boutons. Mais ne n’est pas forcément parce qu’ils disparaissent que la maladie originelle a elle-même disparu. Alors, autant ne pas traîner. Pas la peine d’attendre 3 semaines un rendez-vous chez le dermato, mieux vaut voir tout de suite son médecin traitant. Il saura convaincre le dermato si nécessaire…

Partager cet article Partager sur facebook