info printer
Y’a pas que les tri !
14/02/2008

Ca dépend pour quoi…

A l’heure actuelle, pour lutter efficacement contre l’infection par le VIH, il n’y a vraiment que les trithérapies. Demain, c’est un autre problème ! Pour l’instant, il ne faut pas se tromper d’ennemi : c’est le VIH qu’il faut combattre, pas les traitements.

Toute démarche qui consiste à remplacer les trithérapies par autre chose constitue une mise en danger. Tout simplement parce que seuls les antirétroviraux ayant été évalués ont fait la preuve de leur efficacité. Mais les marchands de miracles sont prompts à surfer sur la déception des personnes (l’absence de guérison) ou des théories fumeuses (théories du complot) pour s’enrichir à peu de frais.

Evidemment les trithérapies ne règlent pas tout. Et beaucoup de propositions sont faites pour améliorer l’état de santé global des personnes sous antirétroviraux. Compléments alimentaires, oligo-éléments, vitamines, anti-oxydants, la liste est longue.

Commençons par le début : une alimentation équilibrée, variée, à base de produits frais, reste la meilleure source de tous ces éléments. Mais, c’est vrai, ce n’est pas toujours possible, que ce soit pour des raisons financières ou simplement de temps.

Ensuite, quel est le but visé ? Prendre quelque chose « parce que ça ne fait pas de mal » n’est pas forcément utile (au moment où les traitements se simplifient considérablement, il y a un paradoxe à accumuler les cachets de traitements adjuvants). Adapter un traitement complémentaire à des effets indésirables a le mérite de pouvoir être évalué rapidement. Qu’il s’agisse d’un effet secondaire physique (crampes…) ou biologique (hypertriglycéridémie…).

Et puis chacun a ses habitudes, voire ses rituels, qui n’ont pas à être remis en cause. Nous avons tous nos recettes personnelles de mieux-être. Gardons-les et profitons-en.

Une mise en garde quand même : certains produits (le millepertuis, le jus de pamplemousse…) interagissent avec les antiprotéases. Les plantes aussi sont des médicaments, avec leurs propres effets indésirables...

Partager cet article Partager sur facebook