info printer
Reyataz ®/r + Truvada ®
24/02/2011

Association antirétrovirale puissante en prise quotidienne unique.

Composition et posologie

REYATAZ ® (Atazanavir) est une anti-protéase qui se caractérise par une demi-vie autorisant la prise unique quotidienne, ainsi qu’un profil métabolique favorable. Il existe deux possibilités d’administration :
- Celle de l’AMM, donc boosté : 1 gélules à 300 mg + 1 capsule de NORVIR ® 100
- Hors AMM : 2 gélules à 200 mg, sans boost dans des situations précises.

TRUVADA ® associe dans le même comprimé une bithérapie comprenant VIREAD ® et EMTRIVA ®. TRUVADA ® se prend à raison d’1 cp/j, de préférence avec un repas.

Contraintes alimentaires

REYATAZ ®, TRUVADA ® et NORVIR ® se prennent avec un repas.

Avantages

- Une combinaison avec anti-protéase en prise unique quotidienne
- Une tolérance globalement bonne
- Un risque métabolique moindre avec le REYATAZ ®

Inconvénients

- Le REYATAZ ®, surtout boosté, est très fréquemment à l’origine d’ictère (jaunisse), qui peut durer pendant toute la durée du traitement
- Le REYATAZ ® n’est pas absorbé s’il est associé avec certains médicaments, comme les anti-acides prescrits dans les ulcères de l’estomac et les pathologies irritatives de l’estomac et du duodénum
- La pharmacocinétique du REYATAZ ® est variable d’une personne à l’autre, et nécessite des dosages plasmatiques.

Principaux effets indésirables

Du TRUVADA ®

Le TRUVADA ® est susceptible d’avoir une toxicité sur la fonction rénale. L’introduction du TRUVADA ® dans une trithérapie impose une surveillance régulière de la fonction rénale (créatinine) et des taux de calcium et de phosphore dans le sang. Cette surveillance est rapprochée en début de traitement, puis rejoint la surveillance standard après 1 an de traitement et en l’absence d’anomalies. Une toxicité hépatique (élévation des transaminases) est aussi possible.

Du REYATAZ ®

- Ictère : c’est une jaunisse, qui peut être très modérée, voire imperceptible (seule l’élévation de la bilirubine dans le sang, qui est à l’origine de la jaunisse, est alors détectable), mais parfois importante, induisant une coloration jaune du blanc des yeux, voire de la peau, ne nécessitant généralement pas l’arrêt du REYATAZ ®
- Les troubles métaboliques communs aux inhibiteurs de la protéase peuvent survenir sous REYATAZ ®. Cependant, ils sont habituellement moindres qu’avec certains autres médicaments de cette classe
- Toxicité hépatique (élévation des transaminases)
- Diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales, modérés et qui disparaissent habituellement au bout de quelques semaines
- Des coliques néphrétiques (calculs rénaux) ont été signalés avec le REYATAZ ®

Partager cet article Partager sur facebook