info printer
Viramune ®
25/02/2011

Disponible depuis 1997, VIRAMUNE ® (Névirapine) est l’autre Inhibiteur Non Nucléosidique de la Transcriptase Inverse, avec le SUSTIVA ® et INTELENCE ®.

Ce médicament n’est pas indiqué en première intention lors d’un premier traitement, en raison d’effets secondaires rares mais potentiellement graves en début de traitement, d’interactions médicamenteuses plus fréquentes qu’avec le SUSTIVA ®.

En dehors des problèmes de tolérance en début de traitement, c’est un médicament très bien supporté.

VIRAMUNE ® peut être pris pendant la grossesse lorsque le traitement était déjà en place, mais il est déconseillé de l’instaurer pendant la grossesse (risque majoré d’effets secondaires).

VIRAMUNE ® n’est pas indiqué :

- chez les femmes avec un taux de CD4>250/mm3
- chez les hommes avec un taux de CD4>400/mm3

Posologie habituelle

1 comprimé à 200 mg matin et soir. Lors de l’instauration du traitement, on commence par 1 seul comprimé par jour, le second étant rajouté au bout de 2 semaines si la tolérance est bonne. Il est admis que la VIRAMUNE ® peut être prise en 1 seule fois par jour.

VIRAMUNE ® existe en solution buvable 50 mg/5 ml pour les enfants. La posologie est fonction de l’âge et du poids.

Contraintes alimentaires

VIRAMUNE ® peut être pris pendant ou en dehors des repas.

Principaux effets indésirables

- Réaction allergique, avec éruption cutanée pouvant être grave, et qui réclame un avis médical urgent. Ces réactions surviennent généralement rapidement après l’instauration du traitement.
- Hépatites médicamenteuses rares, mais pouvant être graves, qui réclament l’arrêt définitif de la VIRAMUNE ®. La surveillance de la fonction hépatique est renforcée pendant les premiers mois de traitement.
- Comme tous les antirétroviraux, VIRAMUNE ® peut occasionner des troubles digestifs.

En l’absence d’effets secondaires de début de traitement, ce médicament est ensuite très bien supporté.

Principales associations

Comme le SUSTIVA ®, VIRAMUNE ® est habituellement associé à deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse.

Partager cet article Partager sur facebook