info printer
Reyataz ®
25/02/2011

REYATAZ ® (Atazanavir) est un médicament qui présente l’avantage d’une bonne tolérance, d’un impact moindre sur les graisses, et qui peut être pris en 1 prise quotidienne.

Il doit être pris en association avec le NORVIR ®.

Posologie habituelle

1 gellule de 300 mg, 1 fois par jour, avec 1 comprimé de NORVIR ®. Dans des situations particulières le REYATAZ ® peut par le NORVIR ®, on prescrit 2 gélules à 200 mg, 1 fois par jour.

Contraintes alimentaires

REYATAZ ® doit être pris pendant un repas. Le NORVIR ® doit être pris préférentiellement pendant un repas.

Principaux effets indésirables

- Ictère : c’est une jaunisse, qui peut être très modérée, voire imperceptible (seule l’élévation de la bilirubine dans le sang, qui est à l’origine de la jaunisse, est alors détectable), mais parfois importante, induisant une coloration jaune du blanc des yeux, voire de la peau. Ne nécessite pas, dans la majorité des cas, l’arrêt du REYATAZ ®.
- Élévation des graisses dans le sang (cholestérol, triglycérides)
- Élévation du sucre dans le sang (risque de diabète)
- Lipodystrophies : modification de la répartition des graisses dans le corps, avec, notamment, risque d’accumulation au niveau du ventre, du cou, des seins (chez la femme)
- Toxicité hépatique (élévation des transaminases)
- Diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales, modérés et qui disparaissent habituellement rapidement
- Des coliques néphrétiques (calculs rénaux) ont été signalées.

Cependant les effets métaboliques de REYATAZ ® semblent plus rares qu’avec certains IP.

Associations habituelles

Le REYATAZ ® est habituellement prescrit avec 2 INTI. En association le plus souvent avec le TRUVADA ®, le REYATAZ ® doit impérativement être pris avec du NORVIR ®.

Attention : Les inhibiteurs de la pompe à protons comme l’Oméprazole et toutes les molécules de cette classe réduisent les concentrations de REYATAZ ® dans le sang. Ils doivent donc être pris avec prudence et à distance du REYATAZ ® associé au NORVIR ®.

Partager cet article Partager sur facebook