info printer
Lipodystrophie : la tésamoreline autorisée aux États-Unis
15/11/2010

La tésamoreline (Egrifta®), premier médicament contre l’excès de graisse abdominale chez les séropositif-ves, a été approuvée par la FDA (Food and Drug administration) le 10 novembre 2010.

Egrifta® a fait la preuve de son efficacité dans deux essais cliniques impliquant 816 hommes et femmes VIH+ souffrant de lipohypertrophie abdominale. Dans les deux études, les patient-es traité-es avec le principe actif (administré par injection) ont expérimenté des réductions de graisse viscérale plus importante que ceux et celles ayant reçu le placebo. Certain-es ont signalé une amélioration de leur image de soi.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés par les participant-es incluent entre autres des douleurs articulaires, musculaires (myalgies) et stomacales (donc à l’estomac), ainsi que des rougeurs (érythèmes) et des démangeaisons (prurit) au point d’injection.

Plus préoccupant, la glycémie (taux de sucre dans le sang) apparaît plus difficile à contrôler sous tésamoreline, ce qui ne contribue pas à dissiper l’inquiétude quant à un éventuel impact négatif du produit sur le risque de survenue du diabète ou sur sa gravité.

A la demande de la FDA, une surveillance post-commercialisation des effets indésirables de la tésamoreline au long cours devrait être mise en place.

Plus d’infos sur le communiqué du laboratoire

Laurent Rossignol

Partager cet article Partager sur facebook