info printer
Atripla ®
25/02/2011

L’ATRIPLA ® (Efavirenz + Emtricitabine + Ténofovir) est l’association fixe de trois molécules antirétrovirales, combinées dans un même comprimé.

L’ATRIPLA ® contient l’équivalent d’un comprimé de SUSTIVA ® et d’un comprimé de TRUVADA ® (EMTRIVA ® + VIREAD ®).

Il se prend sous la forme d’un comprimé par jour, de préférence au coucher.

C’est donc un traitement très simple à prendre mais qui doit être pris de façon extrêmement rigoureuse pour rester efficace.

Composition et posologie habituelle

- Efavirenz : 600 mg C’est un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse

- Emtricitabine : 200 mg. C’est un inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse.

- Ténofovir : 245 mg C’est un inhibiteur nucléotidique de la transcriptase inverse.

ATRIPLA ® se prend à raison d’un comprimé par jour de préférence au coucher et en dehors des repas.

Avantages

- Simplicité de la trithérapie (1 cp/j)
- Combinaison généralement bien tolérée, peu impliquée dans les troubles métaboliques, comme les anomalies de la répartition des graisses.

Inconvénients

L’Efavirenz a une barrière génétique basse, ce qui signifie que le VIH peut rapidement devenir résistant en cas de mauvaise observance (mauvais respect des prises de médicaments, qu’il s’agisse d’oublis ou de non respect des horaires). Cette association est plutôt à réserver à des personnes dont la charge virale n’est pas trop élevée (en dessous de 100 000 copies/ml) et dont les CD4 sont au dessus de 250 / mm3.

Principaux effets secondaires

De l’Efavirenz

- Troubles du sommeil : sensations vertigineuses, insomnies, somnolence, mais surtout cauchemars, très fréquents en début de traitement. Généralement, ces effets disparaissent en 2 à 4 semaines.

- Fatigue

- Dépressions : surtout si des antécédents dépressifs. Leur fréquence faiblit en l’absence d’antécédents.

- Une toxicité hépatique est possible.

- Réactions allergiques, qui se manifestent habituellement par des éruptions cutanées. Elles apparaissent dans les deux premières semaines, cèdent généralement après un mois. de traitement mais peuvent être sévères et nécessiter un avis médical urgent.

Du Ténofovir

- Le Ténofovir est susceptible d’avoir une toxicité sur la fonction rénale. L’introduction du Ténofovir dans une trithérapie impose une surveillance régulière de la fonction rénale (créatinine) et des taux de calcium et de phosphore dans le sang. Cette surveillance est rapprochée en début de traitement, puis rejoint la surveillance standard après 1 an de traitement et en l’absence d’anomalies.

De l’Emtricitabine

- Une toxicité hépatique (élévation des transaminases) est possible.
- Neutropénie
- Céphalées

Partager cet article Partager sur facebook