info printer
9. Je voudrais changer de médecin
15/09/2011

La qualité de la relation entre le médecin et son patient est un élément essentiel participant à la qualité de la prise en charge.

Parfois le courant ne passe pas avec le médecin qu’on a choisi au départ. Cela ne veut pas dire qu’il est un mauvais médecin (ni qu’on est un « mauvais malade »). Simplement le courant ne passe pas forcément avec tout le monde. Quand la relation est mauvaise, elle l’est généralement pour les deux protagonistes.

Mais on peut également être amené à changer de médecin parce qu’on a déménagé ou parce que les horaires de la consultation ne correspondent plus à une évolution professionnelle. Cela peut être angoissant car on est amené à interrompre une relation qui était d’excellente qualité.

Quoi qu’il en soit, c’est au patient d’aborder cette question. La déontologie médicale empêche le médecin de rejeter un patient, sauf quand la relation est tellement mauvaise qu’il se sent incapable de délivrer des soins. Le changement de médecin relève donc de l’initiative du patient, et cette liberté est garantie par la loi.

Pour changer de médecin, il faut identifier la personne par qui on souhaite se faire suivre. Cela peut se faire au sein du même service hospitalier, ou dans un lieu différent.

Le transfert du dossier de l’ancien au nouveau médecin se fait sur demande écrite du patient. Le médecin n’a pas le droit de faire la demande lui-même (mesure de protection du secret médical).

En cas de difficulté avec un médecin, changer n’est cependant pas toujours la solution. L’idéal est d’aborder les difficultés ressenties et de chercher une évolution dans le suivi. Parfois on en veut au médecin tout simplement parce qu’il a annoncé une mauvaise nouvelle. Il ne faut donc pas se tromper d’enjeu. Cette question est particulièrement importante si on réalise qu’on change très souvent de médecin.

Partager cet article Partager sur facebook