info printer
Alcool et VIH
18/05/2011

« Alcool et VIH, même combat » : tel est est le constat qui pourrait ressortir d’un article signé Camille Fontaine, médecin au centre de santé sexuelle « Le 190 » et à l’hôpital Cognacq-Jay à Paris, paru fin avril 2011.

Si vous êtes séronégatif-ve, sachez que l’alcool augmente les prises de risques de deux façons. Non seulement, par son fort pouvoir désinhibiteur, l’alcool augmente nettement le risque de s’exposer au virus du sida, par exemple en ne se protégeant pas lors d’un rapport sexuel (facteur comportemental). Mais aussi, il facilite la contamination en cas d’exposition au virus, en perturbant le système immunitaire (facteur biologique).

Pour les personnes séropositives, la question est plutôt celle de l’influence de l’alcool sur la progression de la maladie.

Il est clairement prouvé que le fait de consommer beaucoup d’alcool (aussi appelé éthanol) quand on a le VIH retarde l’accès aux soins et la première mise sous traitement. L’observance du traitement (le respect de la posologie) est également moins bonne, ce qui fait augmenter le risque d’échec thérapeutique. SIS l’avait déjà évoqué dans un article sur l’alcool et les trithérapies .

L’alcool exerce un effet négatif sur les maladies liées au virus. Il agrave les dépressions, a une action hypertensive et il est toxique pour le cerveau et le foie - ce qui est d’autant plus problématique pour une personne co-infectée par le virus de l’hépatite B (VHB) ou celui de l’hépatite C (VHC).

Les données issues de la littérature médicale sont plus nuancées sur deux autres points : on sait que l’alcool en excès modifie la concentration sanguine des traitements anti-VIH, mais aucune conséquence clinique de cette modification n’est connue à ce jour. Et on n’a pas encore réussi à démontrer l’impact direct de l’alcool sur les cellules cd4 et la charge virale VIH.

Pour conclure, le rôle délétère multiple de l’alcool sur l’infection VIH est bien démontré, tant pour les séropositif-ves que pour les séronégatif-ves - même si l’on ne sait pas tout.

Plus d’infos sur vih.org

Laurent Rossignol

Partager cet article Partager sur facebook