info printer
Celsentri ® (Maraviroc)
25/02/2011

CELSENTRI ® (Maraviroc, commercialisé sous le nom de SELZENTRY ® aux Etats-Unis) a été commercialisé en France en 2008.

Il a fait l’objet d’essais concernant essentiellement des personnes largement prétraitées, et portant un virus multi résistant, en association avec un traitement optimisé avec plusieurs autres antirétroviraux. Le portage de souches virales à tropisme non-CCR5 étant plus élevé quand la séropositivité est ancienne, la place de ces médicaments sera peut-être redéfinie dans les années à venir.

Il s’agit de molécules capables de bloquer le corécepteur CCR5 présent sur les CD4. Ce corécepteur participe au processus qui permet au VIH d’entrer dans la cellule cible et d’y débuter son processus de reproduction.

Les souches de VIH peuvent entrer dans la cellule via le corécepteur CCR5, ou le corécepteur CXCR4 ou les deux. Le CELSENTRI ® n’est efficace que sur les souches utilisant exclusivement le corécepteur CCR5, et c’est l’un des principaux inconvénients de cette classe de médicaments (des anti-CXCR4 sont cependant à l’étude).

La détermination préalable du tropisme de la souche virale du VIH pour le corécepteur CCR5 est obligatoire.

Posologie habituelle

La dose de CELSENTRI ® recommandée est de 150 mg, 300 mg ou 600 mg, une ou deux fois par jour en fonction des antirétroviraux et autres médicaments co-administrés.

Contraintes alimentaires

Aucune

Principaux effets indésirables

- Digestifs (nausées, troubles du transit, douleurs abdominales…)
- Troubles du sommeil
- Altération du goût
- Sensations vertigineuses
- Toxicité hépatique (élévation des transaminases)

Associations habituelles

Il n’y a pas d’association habituelle concernant le CELSENTRI ® qui doit être proposé avec un traitement de fond antirétroviral optimisé en fonction du profil de résistance.

Partager cet article Partager sur facebook