info printer
IST : la LGV bien installée en Europe
26/01/2012

La LGV (lymphogranulomatose vénérienne) est une infection bactérienne à chlamydia trachomatis, sexuellement transmissible. Selon Eurosurveillance, une épidémie de LGV se développe toujours en Europe. Eurosurveillance est un journal scientifique européen consacré à l’épidémiologie, la surveillance, la prévention et le contrôle des maladies transmissibles, entièrement libre d’accès (mais en anglais).

Depuis sa réapparition en 2003 aux Pays-Bas, et sa dissémination à travers l’Europe occidentale dans les années suivantes, on en parlait moins. Mais selon deux articles dans l’édition d’Eurosurveillance en date du 12 janvier 2012, il est trop tôt pour lever l’alerte.

En effet, la ville de Barcelone en Espagne vient de connaître une vague épidémique de LGV, avec un pic entre juillet et septembre 2011, qui a constitué le plus gros cluster (foyer infectieux) de LGV depuis 2004 dans la région.

Parallèllement, les premiers cas de LGV en Europe de l’est viennent d’être publiés, avec 4 proctites (inflammations de la muqueuse rectale) à chlamydia trachomatis diagnostiquées en République Tchèque, chez des gays vivant avec le VIH dont 3 étaient traités par ARV (antirétroviraux).

Autrement dit, si la LGV va et vient à travers l’Europe, elle ne fait que diminuer ici pour mieux augmenter ailleurs. Elle se déplace mais ne recule pas, loin de là : toujours active à l’ouest, elle est émergente à l’est.

la LGV est une IST particulièrement gay- et sérofriendly (ou au contraire, gay- et sérophobe, c’est selon) puisqu’elle concerne très majoritairement des gays séropositifs. Son traitement repose sur certains antibiotiques. Ses modes de transmission, ses symptômes et ses complications sont décrites dans l’article La LGV sur Sida Info Service.

Source : Aude Segond, Crips, sur vih.org

Laurent Rossignol

Partager cet article Partager sur facebook