info printer
Premiers résultats de la CROI 2012
8/03/2012

La 19ème CROI a commencé : voici donc un premier aperçu de la plus importante et pointue des conférences internationales sur le VIH, la Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, qui se déroule à Seattle. Focus sur les traitements et la prise en charge de la maladie.

Du côté des nouveaux ARV, rien de surprenant jusqu’à maintenant - mais les nouvelles sont bonnes encore une fois, dans un contexte de recherche VIH active. Toujours dans le pipeline, mais plus ou moins loin de la sortie selon les cas, le « quad », le dolutégravir et le GS-7340, des molécules expérimentales sur lesquelles SidaInfoPlus a déjà écrit, poursuivent apparemment sans histoires leur progression vers le statut de médicaments validés, autorisés et commercialisés.

Quelques détails : le « quad » (elvitégravir/cobicistat, emtricitabine et ténofovir en un comprimé par jour) a été l’objet d’au moins deux études présentées à la CROI, et il en ressort qu’arrivé à 48 semaines d’observation, il se montre toujours aussi efficace, sûr et bien supporté que lors des précédentes étapes. Dans l’étude où il est comparé à Atripla® (efavirenz, emtricitabine, ténofovir en un comprimé/jour), il prouve sa non-infériorité vis-à-vis de cette trithérapie maintenant courante, avec moins d’effets indésirables sur le système nerveux central (insomnies, rêves anormaux), moins de rash cutanés, moins d’impact négatif sur les lipides (cholestérol) mais un peu plus de nausées. Dans l’autre étude, versus Reyataz® (atazanavir)/Truvada® (emtricitabine et ténofovir), la restauration immunologique (cd4) est comparable et l’augmentation des triglycérides, moins importante avec le « quad ».

Le dolutégravir, un inhibiteur d’intégrase (ou anti-intégrase) testé en association avec Truvada® ou Kivexa® (abacavir et lamivudine), affiche à 96 semaines une efficacité remarquable, et un profil de tolérance favorable, donc peu d’effets indésirables.

Quant au GS-7340, un médicament proche du ténofovir (Viread®) mais que l’on suppose mieux toléré, lui aussi se comporte bien pour l’instant. Même s’il n’en est qu’à ses débuts, le GS-7340 suscite de grands espoirs en raison de la très faible quantité à laquelle il serait prescrit (25 mg en une fois par jour). En dehors du fait qu’il pourrait un jour remplacer le Viread®, cette particularité le prédispose à faciliter le développement de nouvelles trithérapies complètes en un comprimé par jour.

Plus d’infos sur cette page de l’e-journal en français de la CROI 2012, où figurent également les résumés d’autres recherches : sur le taux de résistances aux ARV (qui est stable), le risque cardio-vasculaire lié au Reyataz® (une hypothèse abandonnée), un éventuel effet anti-cancer des statines, ou encore les facteurs de déclin associés aux troubles neuro-cognitifs.

Laurent Rossignol

Partager cet article Partager sur facebook