info printer
La surcontamination
15/09/2011

Quand on est séropositif-ve, faut-il se protéger avec un-e partenaire séropositif-ve ? Existe-t-il un vrai risque pour sa santé à avoir de nouveaux contacts avec le VIH ? Ou s’agit-il d’un principe de précaution ?

La variété des souches fait que certaines sont plus agressives que d’autres, ou résistent à certaines molécules (et souvent plusieurs). Mais aussi, situation inédite, une majorité de personnes en France contrôlent très bien leur maladie grâce aux traitements récents. Or l’indétectabilité de la charge virale diminue le risque de transmission du virus et donc de surcontamination.

La décision d’avoir des rapports non protégés avec un-e partenaire régulier/ère doit être éclairé par le médecin VIH, qui connaît vos bilans et votre traitement.

Si la surcontamination n’est plus considérée aujourd’hui comme un risque majeur, on peut lors de rapports non protégés contracter une ou des IST, voire l’hépatite C.


Sources :

Procréation et infection par le VIH, In Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH, recommandations du groupe d’experts, rapport 2010, sous la direction du Pr Yéni. 2010, pages 147-148.

Partager cet article Partager sur facebook