info printer
Je fais du sport
21/12/2007

Qu’il s’agisse de continuer, de reprendre ou simplement de s’y mettre, l’activité physique est un facteur de santé favorable dans la séropositivité. Associé à un régime, le sport permet de réguler le cholestérol, la glycémie et les triglycérides. Il a des effets positifs sur les lipodystrophies, la prise de poids, la santé psychique et le bien-être. Certains intègrent l’activité physique dans leur parcours de soins pour se maintenir ou retrouver la forme, la séropositivité participant parfois a une prise de conscience de la nécessité de retrouver un corps en mouvement.

Retrouver des sensations

Etre en mouvement, pratiquer une activité physique, c’est aussi retrouver des sensations parfois oubliées, se remettre à penser a son corps, retrouver des sensations de fatigue physique (et non seulement morale), sentir ses muscles, son souffle, avoir faim d’avoir couru ou nager et pas seulement se nourrir parce qu’il le faut, ou pour lutter contre le stress ou l’ennui… En pratiquant une activité physique, on investit son corps, on l’écoute autrement. Parfois on se découvre des capacités nouvelles. Le sport c’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres personnes, de partager avec eux un centre d’intérêt voire une passion.

Que choisir ?

Peut-être faut-il choisir son activité sportive en fonction du plaisir qu’on peut y trouver. Roller ? Marche à pied ? Natation ? Faites vous plaisir à votre rythme. Quelques notions peuvent d’ores et déjà vous aider à vous repérer dans les différentes activités possibles. On peut distinguer en gros les efforts d’endurance d’une part, et de musculation d’autre part.

L’endurance se caractérise par un effort prolongé sans chercher à se dépasser (exemple : on court et on peut parler en même temps sans être essoufflé). Ce type d’effort fait plutôt perdre du poids et surtout de la graisse (très aidant quand on développe une lipohypertrophie au niveau du tronc). La musculation, notamment par des efforts en séries avec des poids plus ou moins lourds, permet de conserver voire de développer sa musculature. Le volume ainsi acquis permet souvent de compenser le volume perdu dans les régions du corps où la graisse peut disparaître (épaules, fesses, jambes). Ces exercices peuvent se faire seul, plus ou moins intuitivement ou en s’informant à l’aide d’ouvrages spécialisés.

Se faire conseiller

Mais il est sans doute préférable de demander conseil à un professionnel, moniteur ou autre. Inutile d’aborder nécessairement avec cette personne le sujet de la séropositivité. Mais en parallèle, quelques conseils provenant d’un kinésithérapeute au courant de la pathologie (se renseigner auprès des associations ou les services médicaux) peuvent aider à constituer un plan d’entraînement cohérent. L’exercice en lieu collectif, seul ou en groupe, peut apporter une bonne émulation. Ne pas oublier aussi un peu d’étirements et d’assouplissements. Et puis dans un premier temps, histoire peut-être d’effectuer une transition avec un sédentarisme forcené, des exercices de gym « douce » peuvent vous mettre l’eau à la bouche !

Partager cet article Partager sur facebook