info printer
Et si je ne lui dis pas ?
21/12/2007

Oui, on peut très bien décider de ne rien dire à son partenaire. Parce que ça ne regarde que soi. Parce qu’on n’a pas envie qu’il nous regarde comme un malade. Parce qu’on a peur qu’il nous quitte. Parce qu’on se dit que c’est le meilleur moyen de continuer comme avant. Alors oui, on peut. C’est vrai qu’il va falloir élaborer quelque stratégie pour protéger des rapports sexuels qui ne l’étaient peut-être pas à l’intérieur du couple, cacher ses rendez-vous médicaux et ses examens. Et puis peut-être cacher que l’on prend un traitement. Si tout cela est possible pourquoi pas... Le risque c’est peut-être que l’autre le découvre seul un jour. Qu’il se sente trahi, trompé. Qu’il ne comprenne pas ce choix. C’est aussi de devoir l’annoncer après une prise de risque, dans l’urgence d’un TPE, en mettant son partenaire devant la violence de l’annonce et du risque. Ce n’est qu’en mesurant ce risque qu’on peut décider de le dire ou pas. Et puis ce silence peut être provisoire, le temps qu’on ait soi-même réussi à faire face, accepté la séropositivité et ses conséquences, s’être assuré que la vie avec le VIH est possible pour soi, et avec l’autre.

Partager cet article Partager sur facebook