info printer
Soins funéraires : un amendement qui ne passe pas
4/12/2015

« Plus de 30 ans après la découverte du virus, les députés français en sont encore là : à préférer des personnes séropositives - même mortes - cachées et invisibles ! »

AIDES et ELCS, par les voix de leurs présidents respectifs, Aurélien Beaucamp et Jean-Luc Romero, dénoncent l’attitude discriminatoire des parlementaires français qui, lors de l’examen de la loi de santé en séance le 27 novembre 2015, sont revenus sur la levée de l’interdiction d’apporter des soins de conservation sur les personnes décédées séropositives.

« Les députés vont à l’encontre des recommandations du Haut Conseil à la santé publique, de l’Inspection générale des affaires sociales, du Conseil national du sida, du Défenseurs de droits... », poursuivent les responsables des deux associations.

Aurélien Beaucamp et Jean-Luc Romero dénoncent vivement l’aveuglement et l’archaïsme dont font preuve les parlementaires ayant voté cet amendement. Et exigent « un peu plus de respect de l’humain et de la santé publique ! ».

- Le site elcs.fr

- Le site aides.org

Partager cet article Partager sur facebook