info printer
5. Les consultations
19/10/2007

Une fois que les modalités du suivi sont fixées, celui-ci est relativement peu contraignant. La plupart des personnes vivant avec le VIH, même sous traitements, ont une consultation tous les 3 mois en moyenne.

Une consultation hospitalière annuelle au minimum est indispensable, mais le reste du suivi peut être le plus souvent assuré en ville par un médecin familiarisé avec le suivi de l’infection par le VIH.

Si l’on prend un traitement antirétroviral, celui-ci doit être initialement prescrit à l’hôpital et confirmé une fois par an par le médecin hospitalier, mais peut être surveillé et renouvelé en ville, ce qui est souvent moins contraignant. En cas de modification de traitement, celle-ci doit être effectuée par un spécialiste hospitalier.

Pour organiser son suivi, il faut identifier ses besoins. Si on travaille, on essaiera de consulter le soir ou le samedi pour ne pas être en difficulté avec son employeur en raison d’absences répétées.

De même pour les bilans biologiques. Une fois les besoins identifiés, le suivi sera mis en place conjointement par le médecin traitant et le spécialiste hospitalier.

Les consultations de suivi permettent :

- De parler des événements survenus depuis la précédente consultation

- Faire un examen clinique à la recherche de signes d’évolution de la maladie ou d’effets secondaires des traitements

- De commenter les résultats d’analyses biologiques

- De confirmer ou de modifier un traitement en cours

Seules la régularité et la qualité du suivi permettent de garantir une prise en charge dans les meilleures conditions, et d’éloigner la perspective de conséquences du sida. C’est dire l’importance de bien réfléchir à ses besoins.

Partager cet article Partager sur facebook