info printer
Slam et Chemsex
4/01/2018

Depuis quelques années, la pratique du chemsex et du slam s’est développée, en particulier dans la communauté homosexuelle.

Chemsex vient des termes anglais « chemicals » (produits de synthèse utilisés comme drogue) et de « sex ».

Le slam, qui signifie « calquer », consiste à s’injecter par voie intraveineuse des produits de type psychostimulant (méphédrone et dérivés).

Ces drogues sont utilisées dans un contexte sexuel.

Le slam et les plans « chems » ne sont pas sans risque. Ils peuvent entraîner des risque de contamination par le VIH, le VHC, le VHB.

Des conséquences psychosociales liées à une addiction rapide ont aussi été notifiées.

Enfin des décès par overdoses, ou des suicides lors des accès paranoïaques qui accompagnent les « descentes », peuvent survenir.

Ce triple constat a conduit les associations de lutte contre le VIH/sida et les professionnels de santé à proposer des numéros de téléphones et des adresses pour les personnes souhaitant une aide.

- Pour Paris :

Spot et au delà

- Pour toute la France métropolitaine, consulter les adresses répertoriées par l’ENIPSE

- Contacter aussi Drogues Info Service au 0 800 23 13 13 de 8 h à 2 h 7/7

Sources :

- Chemsex : Aides met en place un numéro d’urgence (juin 2017)

- Chemsex - Livret d’information pour les professionnel[le]s et les intervenant[e]s de santé (RESPADD -Septembre 2016)

- Enquête sur la pratique du SLAM en France (AIDES 2013)

Partager cet article Partager sur facebook