info printer
Le VIH et l’hépatite B
21/02/2018

Le pourcentage de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ayant été en contact en France avec le VHB (anticorps anti-HBc positif) est élevé (37, 6 %) et la prévalence de l’infection à VHB (AgHBs positif) chez ces personnes est de 7 %.

Le génotype A du VHB prédomine en France, suivi du génotype D.

L’infection par le VIH modifie l’histoire naturelle et aggrave globalement le pronostic de l’infection par le VHB. Elle multiplie par 5 le risque de passage du stade aigu au stade chronique, par rapport à des patients mono-infectés par le VHB. La vitesse de progression de la fibrose est augmentée et le risque d’apparition d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) est majoré.

Le traitement antirétroviral doit être instauré dès que possible chez tous les PVVIH co-infectés par le VHB, indépendamment du taux de CD4. Le traitement doit inclure des molécules ayant une double activité anti-VIH et anti-VHB.

Pour plus d’infos sur les hépatites, vous pouvez contacter Hépatites Info Service par téléphone (0 800 845 800, 9h-23h, appel anonyme et gratuit) ou par LiveChat sur hepatites-info-service.org